Echange accidents psychosociaux contre qualité !

Echange accidents psychosociaux contre qualité !

fo-sante-org.jpgDES CONDITIONS DE TRAVAIL AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX A L'HOPITAL

Par fo-sante.org

Lorsque l’employeur consacre la médiocrité, le syndicat doit revendiquer la qualité !

Les conditions de travail sont devenues une priorité pour le syndicat FO. Les troubles qu’elles entraînent méritent toutes les attentions d’autant plus que les conséquences sont souvent dramatiques. Selon les dernières publications de la CNAMTS, les maladies professionnelles explosent. De manière globale elles sont en augmentation de 37,5% pour les hommes et 93,3% pour les femmes, ces chiffres pouvant atteindre 200 % chez les femmes qui travaillent dans le secteur de la santé. Si le bâtiment et les travaux publics en détenaient le plus grand nombre, aujourd’hui ce record est partagé avec les activités de service et donc des services de santé. Les accidents musculo-squelettiques (TMS), qui ne sont qu’une conséquence des risques psychosociaux non maîtrisés, sont devenus les atteintes les plus nombreuses à la santé des travailleurs. L’intensification du travail et les formes de management ne sont pas étrangers à ce résultat..

Que peut faire le syndicat ?

Face à des situations aussi complexes, puisqu’elles portent à la fois sur les organisations, le management des équipes et sur les rapports sociaux entre tous les acteurs qui produisent un travail, le syndicat n’a pas toujours les compétences pour déterminer avec précision les causes exactes de ces troubles. Le syndicat peut au moins en mesurer les conséquences et provoquer,  par la négociation, l’intérêt de l’employeur à la solution. Il faut que ce dernier comprenne qu’il ne peut laisser les choses en l’état. C’est un passage incontournable sans lequel peu de progrès seront possibles. Ensuite il convient de ne pas se tromper. La démarche de prévention impose une parfaite observation du problème pour en comprendre l’essence. C’est la qualité de cette observation qui va mener aux bonnes réponses.

C’est alors que, selon la complexité du problème posé,  l’expertise peut devenir un recours. Mais il faut insister sur le fait que sans l’intérêt de l’employeur à la solution, c’est-à-dire sans un engagement de sa part d’accepter et d’entreprendre les solutions qui apparaôtront, l’expertise serait un leurre qui deviendrait couteux, car sans lendemain. C’est ainsi que les risques psychosociaux sont devenus un marché. On fait venir un expert et le patron peut dire : j’ai fait quelque chose !.

Réduire l’intensité pour améliorer la qualité.

Si l’on prend l’exemple de l’hôpital nous percevrons très rapidement les limites de l’exercice. Comment en effet réparer les conséquences de décisions pérennes qui portent atteinte aux conditions de travail ? Ce ne sont pas les exemples qui manquent. L’intensification du travail, par exemple, conduit à creuser un écart entre le travail demandé et le travail réalisable, ou à négliger la qualité au profit de la rentabilité.

Par exemple, selon l’enseignement reçu avant son diplôme, il faut vingt minutes à une aide-soignante pour réaliser une toilette convenable ; or, elle n’aura que cinq minute pour la réaliser.

Toutes les expertises conduiront aux mêmes résultats. Il faudra soit réduire le nombre de toilettes, c’est une solution retenue, soit négliger la qualité, c’est un constat, soit augmenter le nombre d’aide-soignantes, c’est devenu une impossibilité par tous les employeurs, disent-ils !.

Alors ?

Si l’employeur consacre ainsi la non qualité, la revendication syndicale devra quitter le terrain de l’expertise pour amorcer celui d’un rapport de force plus musclé. Il n’est pas acceptable de voir un directeur démotiver les agents, les pousser à la dépression voire au suicide.

Et si l’employeur choisit la qualité, alors il trouvera avec FO un partenaire de choix. Il ne peut y avoir de qualité des soins sans qualité du travail. Alors observons, expertisons, comprenons les maux du travail et engageons les solutions car les personnels attendent désespérément.

DG

Télécharger l'article à partir de http://fo-sante.org
Format pdf

icon_pdf.gifClic sur l'icone


 




Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster