Ehpad : Elle revendique un ratio d’un agent par résident

Portrait

Dimanche 28 janvier 2018

Ehpad 

Elle revendique un ratio d’un agent par résident

Stephanie delorme

Stéphanie Delorme est secrétaire du syndicat FO des Établissements de santé du Baugeois-Vallée (Maine-et-Loire). Elle participera le 30 janvier à la grève nationale dans les Ehpad, lancée par FO pour l’octroi de moyens humains et financiers.

Stéphanie Delorme, 34 ans, travaille depuis quinze ans dans un Ehpad des Établissements de santé du Baugeois-Vallée (Maine-et-Loire).

Au fil du temps, elle a vu se dégrader les conditions de travail et l’accueil des résidents. En 2011, lors d’une formation pour devenir aide-soignante, la jeune femme sympathise avec des militants FO.

L’année suivante, après sa titularisation, elle décide de monter un syndicat FO. Il y avait un syndicat CFDT sur le site, avec une équipe d’une dizaine de personnes, on a décidé de prendre notre destin en main, raconte-t-elle.

À l’époque, Stéphanie constate que des tâches normalement dévolues aux infirmier(e)s, comme la distribution des médicaments, sont confiées à des aides-soignants, faute d’effectifs suffisants. La situation s’est encore dégradée depuis. Le matin nous sommes moins de trois dans mon service pour trente-trois résidents. Comment effectuer des soins personnalisés dans ces conditions ?, s’interroge-t-elle. La responsable syndicale s’indigne des conditions imposées aux résidents : Des douches tous les quinze jours des résidents alités et d’autres qui sont couchés à partir de 16h faute d’effectifs.

40 %

C’est le score obtenu par FO lors des élections professionnelles de 2014 au sein des Établissements de santé du Baugeois-Vallée.

Fin 2017, il a été décidé de ne plus remplacer les arrêts maladie, poursuit Stéphanie, résultat, les soins sont réduits, décalés ou annulés.

Autre décision, la hausse progressive, d’ici à 2020, du prix journalier pour les résidents pour financer la reconstruction de l’Ehpad.

La coupe est pleine, il faut des effectifs et du temps pour effectuer des soins décents et respecter la dignité des résidents, s’insurge la militante FO. Le sujet vaut bien une mobilisation nationale.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster