La certification des hôpitaux ne peut servir de parapluie à la non qualité

Print Friendly Version of this pagePrint Get a PDF version of this webpagePDF

http://fo-sante.org

DES CONDITIONSCONDITIONS DE TRAVAIL AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX A L'HOPITAL

cropped-bandeau-blog3.jpg
Par Denis

Lundi 15 décembre 2014



La certification des hôpitaux ne peut servir de parapluie à la non qualité

HasLa certification des établissements est certainement un mal nécessaire dans une période où le souci de l’économie prime sur celui de la qualité.

La Haute Autorité de Santé a donc la charge d’organiser cette tâche sur la base d’un référentiel qui devrait s’appliquer uniformément sur l’ensemble du territoire.

Les directeurs d’hôpital, prévenus des dates de visites des experts visiteurs, passent des semaines à camoufler toutes les imperfections, tous les dysfonctionnements pour être prêts le jour J afin d’obtenir le graal suprême qui les protégera de toutes les accusations sur les éventuels dysfonctionnements.

.

Un parapluie contre la responsabilité

C’est ce qu’a fait la direction du Centre Hospitalier de Châteauroux consécutivement au suicide d’une anesthésiste dans son hôpital, et surtout au rapport de l’inspecteur du travail qui pointe du doigt certains dysfonctionnements imputés à la direction du centre hospitalier.

L’inspecteur du travail n’observe pas le rapport de certification mais la réalité des faits qu’il rencontre sur le terrain.

Le contenu du rapport n’avait pas vocation a être rendu public. Des fuites ont précipité sa diffusion. La lecture des vingt-quatre pages recto-verso est édifiante.

« Le centre hospitalier de Châteauroux est le plus gros employeur du département et dispose de moyens financiers importants», souligne le rapport de l’inspection du travail. Il dispose de toutes les ressources humaines, financières, techniques et juridiques pour mener à bien les obligations imposées par le code du travail(…) Au terme de l’enquête et de tous les éléments recueillis, nous estimons que le non-respect par l’employeur de ses obligations, a pu jouer un rôle dans la souffrance ressentie par Mme X, et donc dans son suicide « .

La certification est alors agitée par la direction comme un chiffon blanc qui réclame l’armistice :

« Le centre hospitalier a toujours eu à cœur la santé et la sécurité de ses personnels. Ses efforts constants ont abouti à une certification de l’établissement par la Haute Autorité de Santé en février 2014, notamment en ce qui concerne les critères relatifs à la santé et à la sécurité au travail, ainsi qu’à la qualité de vie au travail »

Chacun peut prendre connaissance du rapport de certification du Centre Hospitalier de Chateauroux ici : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_259451/en/centre-hospitalier-de-chateauroux

.

En résumé, lors de la première visite, l’établissement a été coté C sur santé au travail et D sur QVT, des résultats exceptionnellement bas pour la V2010. Les experts visiteurs ont donc du faire le constat d’un désintérêt total de l’établissement sur le sujet : pas de politique, pas de plan d’action, des initiatives éclatées sans cohérence, un Document Unique non à jour, etc.

L’établissement a donc eu un délai pour se remettre à niveau. De fait, il a engagé des actions et une structuration décrites dans le rapport additif qui ont conduit les experts à remonter la cotation des 2 items à B.

A la vue des constats initiaux, on peut imaginer une situation extrêmement dégradée. La HAS valorise le fait que l’établissement se soit mis en ordre de marche, mais l’on peut facilement imaginer que de nombreux mois, voire années sont nécessaires pour que l’impact de corrections soit réel et tangible pour les professionnels.

Donc lorsqu’un directeur se réfugie derrière la certification il prend l’allure d’un homme qui se protège d’un ouragan avec un parapluie.

Des mesures correctives sont actuellement mises en œuvre pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise dans cet établissement.

.

Mais faut-il attendre des suicides pour comprendre que l’abandon de la qualité dans les hôpitaux publics est un naufrage pour les agents et pour le service au public ?

Pour plus d’informations : Voir les articles sur Marianne et La Nouvelle République.fr

Marianne La nouvelle republique

Télécharger l'article à partir de http://fo-sante.org
Format pdf

icon_pdf.gifClic sur l'icone

Laisser un commentaire àLa certification des hôpitaux ne peut servir de parapluie à la non qualité Cliquer ici!



Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster