La Tribune - Mars 2016

La tribune mars 2016

Éditorial

 

RESISTER C’EST AGIR !

Les voeux du Président de la République aux « acteurs de l’économie et de l’emploi » ancrent la politique économique et sociale du gouvernement, dans une logique libérale et d’austérité, dangereuse socialement, économiquement et démocratiquement.

En effet, en évoquant la remise en question de la durée du travail, des conventions collectives, du code du travail, de l’assurance chômage et les nouvelles exonérations sociales, le Président de la République franchit une nouvelle étape dans les atteintes du modèle républicain qui assure une égalité de droits entre les salariés !

Yves kottelatPour notre fonction publique, la mise en place du protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) se traduit en particulier, dès le 1er janvier 2016, par la suppression des avancements d’échelon au minimum. Cette mesure, inadmissible, représente une réduction de la masse salariale de 46 millions d’euros pour les agents territoriaux et 61 millions d’euros pour les agents hospitaliers.

De plus, contrairement à ce qui peut être annoncé par d’autres organisations syndicales, ce protocole est un leurre car ce ne sont qu’environ 10 points d’indice qui seront réellement attribués sur 5 ans, soit 2 points par an !

Alors nous continuons de revendiquer :
• l’augmentation de 8% de la valeur du point d’indice,
• le rattrapage de la perte de pouvoir d’achat par l’attribution de 50 points d’indices majorés uniformes,
• un réel déroulement de carrières,
• le rétablissement de l’avancement à la durée minimum,

Car le gel du point d’indice depuis 2010, a fait perdre 1300 € par an aux agents de catégorie C, 1700 € pour les catégories B et 2900 € pour les catégories A.

La réussite de la journée de grève du 26 janvier à démontré, de par l’importante mobilisation des agents, le bien-fondé de nos revendications, le ras le bol des fonctionnaires face au mutisme du gouvernement.

Et nous ne pouvons en rester là !

Face aux remises en cause de nos droits statutaires, au démantèlement du service public, mais aussi face aux réformes des collectivités territoriales, et de la loi de modernisation du système de santé, nous devons résister, nous devons créer les conditions nécessaires pour faire échec à cette politique libérale qui détruit les valeurs humaines au profit de la finance.

Cela ne peut se faire que par une mobilisation de tous les salariés du privé et au public, afin de créer le rapport de force nécessaire à faire échec à cette politique !

Ce travail de résistance que nous menons est un rempart et c’est le rôle du syndicalisme libre et indépendant qu’incarne la Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE.

 

La Tribune Fo Santé N°87

La Tribune Mars 2016
 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster