Les sages-femmes mobilisées pour leur salaire

Santé

Les sages-femmes mobilisées pour leur salaire

 

Les sages-femmes de la fonction publique hospitalière ne désarment pas. Après avoir obtenu début mars 2014 un statut médical pour leur profession, elles continuent de revendiquer de meilleurs salaires.

Mardi 3 juin, elles étaient en grève à l’appel de leurs syndicats représentatifs, dont FO. « Pour les 11 000 sages-femmes hospitalières, la conquête du statut, c’est la reconnaissance du caractère médical de leur profession et une garantie de conserver leurs acquis sociaux, mais cette question ne doit pas faire diversion, car ces professionnelles attendent depuis plus de dix ans une revalorisation et une reconnaissance de leurs responsabilités », indique Hervé Rochais, secrétaire fédéral à la Fédération FO des Services publics et de Santé (SPS FO), « À FO, nous avions appelé les sages-femmes à se mobiliser depuis mai 2103 pour exiger l’ouverture de négociations salariales ».

Le 3 juin a été ponctué par un rassemblement de sages-femmes devant le ministère de la Santé, au moment de l’ultime réunion sur la refonte de la grille salariale, en discussion depuis huit mois.

MI-FIGUE, MI-RAISIN

Le résultat est mi-figue mi-raisin, selon FO. « Les dernières propositions du ministère sont à peu près satisfaisantes pour les fins de carrière, mais pas du tout pour les débuts ou milieu de carrière », résume Hervé Rochais. Les sages-femmes débutantes toucheront 1 944 euros net par mois et finiront leur carrière à 3 148 euros. Soit 200 euros de plus pour ces grades, mais l’augmentation sera d’environ 50 euros pour une majorité. Michèle, sage-femme cadre au CHU de Caen, indique : « Je travaille depuis vingt-deux ans et je vais toucher 40 euros de plus, c’est totalement insuffisant par rapport à nos responsabilités. » Les professionnelles sont habilitées à pratiquer seules les accouchements non pathologiques. FO revendique un suivi de la nouvelle grille salariale, afin de l’améliorer.

(Photos : F. Lambert)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster