Lettre aux syndicats - Janvier 2013 - Edito

Janvier 2013 - Edito du Secrétaire général

lettre-aux-syndicats-janvier-2013-imag.jpg

lettre-aux-syndicats-janvier-2013-titre.jpg

lettre-aux-syndicats-janvier-2013-sommaire.jpg Le jeudi 24 janvier, 6 000 militants étaient rassemblés Halles Freyssinet à Paris dans le cadre du meeting organisé par la Confédération FORCE OUVRIERE, pour dénoncer la politique d'austérité menée par le gouvernement dans tous les secteurs, qui prend appui sur le Traité de Stabilité, de Coopération et de Gouvernance (TSCG). En conclusion de son discours, Jean-Claude MAILLY a déclaré « je pense qu'il appartient aux travailleurs et à leurs organisations syndicales de combattre l'austérité par tous les moyens, y compris la grève s’il le faut. »

Quelques jours plus tard, le Comité Confédéral National de FO a unanimement appuyé la décision du Bureau Confédéral de ne pas signer l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 « compétitivité-flexibilité » qui est une conséquence directe de la mise en oeuvre du TSCG. Cet accord introduit plus de
flexibilité, de compétitivité au service des patrons et engendre des reculs sans précédent pour les salariés.


Il s’agit de baisser le coût du travail dans une logique d’austérité suicidaire économiquement et socialement. Le même jour 8 février paraissait une déclaration commune des deux Confédérations FO et CGT « Pour faire échec à la transposition de l’ANI dans la loi et après avoir réuni leurs Comités Confédéraux Nationaux respectifs, la Confédération FORCE OUVRIERE et la Confédération CGT ont décidé d’appeler les salariés du public et du privé à la mobilisation le Mardi 5 Mars 2013»

Cette mobilisation prendra la forme de manifestation, de rassemblement, avec des débrayages, des appels à la grève. La Fédération s’est adressée à ses syndicats pour leur demander de tout mettre en oeuvre pour assurer le succès de la mobilisation du 5 mars 2013 contre l’ANI.


Cette politique d’austérité n’épargne pas la fonction publique hospitalière : gel du point d’indice, suppressions d’emplois, dégradations des conditions de travail…


Nous sommes confrontés à des situations de plus en plans difficiles. Les établissements et les personnels subissent de plein fouet la rigueur budgétaire : plans de retour à l’équilibre, suppressions de postes, remise en cause des droits statutaires Dans ce contexte, la mobilisation du 5 mars s’inscrit dans l’action déterminée de FO contre l’austérité et elle constitue un point d’appui pour les initiatives que notre Fédération va prendre, début avril, pour poursuivre et amplifier la résistance aux contre-réformes, tout en réaffirmant nos revendications :

›  Augmentation des salaires (augmentation de 5% de la valeur du point d'indice et 44 points d'indice pour tous, minimum de rémunération à 120% du SMIC),


› Refonte et la revalorisation des grilles indiciaires,


› Ouverture immédiate de négociations catégorielles,


›  Suppression du jour de carence,


› Arrêt des suppressions de postes et la création des emplois nécessaires,


› Défense du service public notamment par l'abandon de la loi HPST,


› Octroi des moyens budgétaires passant par l'effacement de la dette des établissements, l'arrêt de la T2A et l'arrêt des enveloppes fermées,


› Garantie d'accès à des soins de qualité pour tous

Le Secrétariat Fédéral

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster