Lettre aux syndicats - Juin 2013 - Edito

Lettre aux syndicats - Juin 2013 - Edito

ls-juin-2013.jpg

Au sommaire

- Edito …………..……….........p 1

- Courrier à la Ministre - Quel
EHPAD pour demain ?…….P
2

- Courrier à la Ministre - Rations
promus-promouvables
…………………..……….....p 3

- Courrier à la Ministre -
Sages-Femmes –……..….p 4

- Communiqué - Dette des
hôpitaux…………..………..p 5

- UIAFP-FO - Statut général
des fonctionnaires……....p 6

- Déclaration liminaire au
HCPPM…………….. …...…p 7

- C.S.F.P.H. du 6 juin - Déclaration
liminaire……………....p 8

- ANT - Publication arrêtés
concours……………..…….p 10

- Circulaire LE FIR 2013…...p 11

- Vie de nos structures………...
………………………...p 13 - p 20

 

ls-juin-2013-titre.jpg

 A peine 3 ans après la contre réforme de 2010, de nouvelles mesures seront prises
concernant les retraites.

Après la remise au 1er Ministre du rapport Moreau intitulé « Nos retraites demain : équilibre financier et justice » vendredi 14 juin, les 20 et 21 juin prochain s’ouvrira la concertation des syndicats et des organisations patronale sur une nouvelle « réforme » des retraites.

Cette consultation intervient après une minutieuse préparation de l’opinion publique par médias interposés qui ont relayé les « fuites » préalable à la remise du rapport Moreau1.

Et voilà qu’à nouveau on nous présente comme possible ou probable, c’est selon, l’allongement de la durée de cotisation, le recul de l’âge légal de départ, l’augmentation des cotisations, et par mesure d’équité et de justice, la remise en cause du mode de calcul de la retraite des fonctionnaires !

Vouloir démontrer que ces mesures rapporteraient les milliards nécessaires à l’équilibre des régimes, en expliquant que l’on vit plus longtemps, donc il est normal de travailler plus et sans volonté de stigmatiser les fonctionnaires ? Qu’il serait donc normal de revenir sur le mode de calcul de la retraite des fonctionnaires (sous entendu ils sont privilégiés)! Enfin par équité toujours, les retraités pourraient aussi payer par une désindexation de l’évolution de leur pension : elles évolueraient moins vite que l’inflation !

Le tout est agrémenté de « on n’a pas le choix », on fera preuve de « courage et de justice », sur fond d’opposition public/privé et de culpabilisation : on ne peut faire supporter aux jeunes générations le poids de la dette ! Et les commentateurs de tous bords d’y aller sur les leçons de morale et de justice s’appuyant sur des moyennes de pensions n’ayant rien à voir pour une majorité de retraités, sur des sondages visant à opposer les uns contre les autres, sur des informations tronquées, incomplètes voire fausses.

Il est pour le moins surprenant de constater que ceux-là même qui nous proposent ces solutions utilisent les mêmes arguments que ceux employés par le précédent gouvernement ! Ainsi ils tentent de crédibiliser l’hypothèse selon laquelle il n’y aurait pas d’autres alternatives possibles face aux problèmes de financement des retraites !

Or si justement, il y a le choix. Tout d’abord cette « réforme » est imposée par la Commission Européenne en contre partie de deux années de délai supplémentaire pour permettre à la France de passer sous la barre des 3% de déficit en application du traité budgétaire européen. Cette soi-disant réforme pour retrouver l’équilibre des régimes est en fait dictée par la politique d’austérité. Or celle-ci nous mène droit dans le mur.

La question du financement de nos retraites dépend étroitement du niveau d’emploi. Je vous renvoie à la lecture éclairante de l’interview de Henri STERDYNIAK économiste à l’OFCE2. Il confirme que suivre les préconisations du rapport Moreau nous mènerait droit dans le mur. Il est donc bien nécessaire de changer de politique économique.

Depuis plus de 10 ans les salariés tous secteurs confondus ont été contraints de réduire leurs droits en matière de retraite. Les retraités n’ont cessé de voir leur niveau de pension diminuer. C’est pourquoi la solidarité entre toutes et tous est une nécessité pour défendre ses droits.

Et puis comment les salariés pourraient croire que d’un côté ils doivent faire des efforts et d’un autre côté il y a près de 80 milliards de manque à gagner dans les caisses de l’État du fait de la fraude fiscale ou que 31 milliards d’exonérations de cotisations sociales sont accordés chaque année aux entreprises.

Pour FO il est clair que si le gouvernement venait à suivre les préconisations du rapport Moreau alors nous appellerions à l’action sur la base de nos revendications :

• non au recul des droits : ni allongement de la durée de cotisation, ni recul de l’âge légal de départ à la retraite,

• pour la suppression de la décote,

• non à la remise en cause du calcul de la retraite des fonctionnaires sur la base des 6 derniers mois de traitement,

• non à la baisse des pensions des retraités !

Les salariés de ce pays ne sont ni responsables ni coupables de la crise qui n’est pas de leur fait, ni responsables ni coupables des dettes qui ne sont pas les leurs ! Si nous n’étions pas entendu alors les syndicats FO appelleront au rapport de force .

Le Secrétariat Fédéral

 Télécharger la lettre aux syndicat

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster