N°2-Le risque - LE RISQUE LIE AU TEMPS DE TRAVAIL

 

 N°2-LE RISQUE

 

LE RISQUE LIE AU TEMPS DE TRAVAIL




1- Travail en 12 heures: quelques exemples

Avant de faire part de son analyse sur l’organisation du travail avec des amplitudes de 12 heures quotidiennes, le blog FO-Santé a questionné quelques établissements.

AU CHU de RENNES : 443 agents sur 6 538 sont concernés, essentiellement des infirmiers, des aides-soignants et des agents des services hospitaliers qualifiés. Il y a 15 minutes de chevauchement dans certains secteurs, un temps de pause total de 40 minutes. La journée dépasse les 12 heures pour atteindre 12h15 au mieux. Si le CTE a voté contre au regard de la réglementation qui n’était pas appliquée, la direction a rempli les amphis pour convaincre les agents réticents : « plus de temps de repos à la maison et donc, moins de frais d’essence, moins de frais de nourrice, etc. »

Après un recul de quelques mois, la fatigabilité, les erreurs commises, les accidents du travail, le stress et le manque d’effectif qui s’amplifie sur le terrain, sont autant d’éléments qui conduisent le personnel à subir les 12 heures. De plus, l’amplitude horaire impose aux agents du bénévolat pour le temps d’habillage, de déshabillage et de transmission qui n’est plus décompté dans le temps de travail. En maternité les jours fériés sont organisés en 12 heures payées 7 heures le reste du temps étant récupéré.

 

Centre hospitalier d’AGEN : 100 agents sur 1 500 sont concernés. Là encore, l’avis négatif du CTE n’a pas empêché l’organisation en 12 heures. Les agents bénéficient de deux à trois pauses de 20 minutes dans la journée. La durée de transmission entre les équipes estimée entre 20 à 30 minutes, conduit les agents à dépasser les 12 heures pour travailler jusqu’à 12h30 par jour.

 

Au Centre Hospitalier de SETE : Un seul service travaille en 12 heures et deux autres s’y préparent. Ici le CTE a émis un avis favorable. Pourtant, le temps d’habillage et de déshabillage n’est pas décompté dans le temps de travail et le chevauchement de 30 minutes conduit les agents à effectuer plus de 12h30 d’amplitude.

 

Au CHU de NANTES : 341 agents travaillent en 12 heures sur 8 994. En plus des personnels soignants, des ouvriers, des ambulanciers et des puéricultrices sont touchés. Le CTE avait émis un avis défavorable sauf pour la maternité. Le temps d’habillage et de déshabillage n’est pas décompté dans le temps de travail, et les agents effectuent plus de 12h30 par jour de travail et parfois bien au-delà pour le SMUR. Un seul service veut remettre en cause cette organisation. Tous les autres y sont favorables et le CTE a obtenu que les agents soient consultés par vote tous les deux ans. Les salariés estiment que « ce n’est pas plus fatiguant de travailler en 12 heures que d’avoir un roulement qui change sans arrêt en passant du soir au matin… » D’autres trouvent cela difficile.

Au Centre Hospitalier de MACON : 80 agents sur 2 033 : Le CTE s’est exprimé contre à l’unanimité. Des horaires décalés permettent les transmissions qui durent 20 minutes. Là encore, les temps d’habillages et de déshabillages ne sont pas décomptés du temps de travail. La direction indique que cette organisation attire les jeunes qui travaillent moins de jours. Par contre « les agents plus âgés sont complètement oubliés lorsqu’ils veulent s’opposer à ces horaires qu’ils ne peuvent pas assumer physiquement »  précise le secrétaire du syndicat FO. « Les effets positifs sont immédiats, moins de jours de travail, meilleure prise en charge du patient sur toute la journée, etc., alors que les effets négatifs sur la santé sont différés dans le temps. » A MACON, le CHSCT et le médecin du travail se sont opposés à ces horaires.

 

Au Centre Hospitalier de RODEZ : 243 agents sur 1 470 : L’avis du CTE fut partagé entre le contre et l’abstention selon les services. Ici, le temps d’habillage et de déshabillage est décompté comme temps de travail (le seul de l’enquête). Les pauses varient de 30 minutes à une heureet l’amplitude de travail totale se situe entre 12h15 et 12h45 !

 

ETC…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster