Ordre National Infirmier

Intersyndicale

Mardi 9 février 2016

Ordre National Infirmier

L’intersyndicale demande un RDV au Président de la République

Vous voudrez bien trouver ci-joint un courrier de l’intersyndicale de l’ordre infirmier que nous adressons à Monsieur François HOLLANDE, Président de la République, et par lequel nous sollicitons une entrevue sur le dossier de l’ordre.

Banniere intersyndicale 1

Pour l’intersyndicale.

 

Paris , le 02 février 2016

A Monsieur François Hollande
Président de la République Française
Palais de L’Élysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
Paris 75008

Objet : Demande d’entrevue.

 

Monsieur le Président,

Par la présente, au nom de l’intersyndicale, nous sollicitons votre haute bienveillance pour l’obtention d’une entrevue relative à l’Ordre National Infirmier (ONI).

Dès la publication des premiers textes créant l’ONI, notre intersyndicale, à la demande de la profession, a multiplié les interventions et mouvements afin alerter la représentation nationale sur le refus des professionnels d’adhérer à cet ordre. Celui-ci, qualifié encore il y a moins d’un an par la ministre de la Santé de « moribond », s’est vu conforter par la loi de modernisation de notre système de santé portée par Mme M Touraine.

Depuis lors, nous sommes de plus en plus souvent interpellés par des infirmiers qui se sentent méprisés. Alors qu’il y a quelques mois, leur dévouement était clamé par tous, aujourd’hui vous renforcez l’ordre dont ils ne veulent pas et ils doivent payer pour accéder ou conserver le droit de travailler ! Nombreux sont ceux qui, malgré les risques judiciaires qu’ils encourent, réaffirment leur refus de régler une cotisation ordinale, ne se reconnaissant pas dans cet organisme.

La situation est à notre sens inquiétante. Les professionnels et l’intersyndicale se sentent trahis par le gouvernement.

Nous souhaitons vous rencontrer afin de traiter cette problématique et rechercher ensemble des solutions avant que l’irréparable ne se produise.

Dans l’attente de votre réponse,

Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, en l’expression de notre haute considération.

Didier BIRIG
Fédération Force Ouvrière
Des services Publics et de Santé

Signa

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster