PSYCHIATRIE " LE SCANDALE DU MEDIATEUR"

PSYCHIATRIE " LE SCANDALE DU MEDIATEUR"

psychiatrie-scandale-du-mediateur-titre.jpg


FO exige l’abandon d’une expérimentation intégrant dans les équipes soignantes des « médiateurs en santé mentale », anciens patients en psychiatrie.

 

psychiatrie-scandale-du-mediateur-image.jpgUne histoire de fous. En décembre, la Fédération FO des Services publics et de Santé (SPSFO) apprenait qu'une expérimentation allait être menée pendant deux ans, dès janvier 2012, dans trois régions (Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d'Azur). Son but : former en alternance d'anciens patients suivis en psychiatrie, afin de les intégrer dans les équipes soignantes comme « médiateurs en santé mentale ». Un « nouveau métier », rémunéré 2 500 euros brut par mois, soit plus que le salaire d'une infirmière en début de carrière, indique la fédération FO. « Alors qu'on ne cesse de mettre en avant la nécessaire élévation du niveau de formation des professionnels de la santé, cette proposition ne saurait être prise au sérieux », estimait-elle dans un communiqué.

Après la stupeur, la colère et I'action. Dans une lettre commune à la secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Marie-Anne Montchamp, les organisations syndicales de la fonction publique hospitalière -FO, CGT CFDT CFTC, CGC, SUD, UNSA et SMPS- ont demandé I'arrêt de ces expérimentations, issues d'un programme porté par le Centre collaborateur de I'Organisation mondiale de la santé, en collaboration avec la Caisse de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Reçus au ministère de la Santé le 24 janvier, elles ont réitéré leur demande.

RECRUTER DES PROFESSIONNELS

« Le coût total de ce programme de "recherche" dépasse, pour les trente médiateurs, plus de 1,5 million d'euros, dont 552 000 euros provenant de la CNSA, le reste étant financé sur les dotations de fonctionnement régionales des agences concernées, soit 330000 euros par Agence régionale de santé (ARS) », indiquent les syndicats. Ils remarquent que « dans le même temps, plus de trois cents agents hospitaliers se voient refuser la prise en charge, en étude promotionnelle, de leur formation d'infirmier ».

Selon I'ARS de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, le rôle du médiateur est de « faciliter I'accès aux droits, à la prévention et aux soins de l'usager des services de santé mentale », et de « créer du lien entre la personne souffrante et les professionnels ».

Pour Force Ouvrière, l'apparition de ces médiateurs relève d’une « confusion des genres ».

L’organisation syndicale estime que c'est au nom de la rigueur budgétaire et de la recherche d'économies que ces expérimentations voient le jour. Les fermetures massives de lits, l’insuffisance de la formation en soins infirmiers, le manque de psychiatres ont conduit à laisser de plus en plus de malades livrés à eux-mêmes. Afin d'assurer une réelle prise en charge des patients en psychiatrie, FO se prononce pur réouverture des lits nécessaires, pour la formation et le recrutement de personnels professionnels et pour l’octroi des moyens correspondants.

 

FO Hebdo - Février 2012

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster