L'extrème droite en Grèce

Le retour de la peste brune

Extr

ON PENSAIT QUE LE NÉONAZISME ÉTAIT MORT EN GRÈCE APRÈS LA CHUTE DE LA DICTATURE DES COLONELS EN JUILLET 1974. C'ÉTAIT OUBLIER L'EXISTENCE D'UN TERREAU EXTRÉMISTE EN GRÈCE DEPUIS LE XIXe SIÈCLE.

ExtrDepuis plus d'un an, le parti néonazi grec Chryssi Avghi (Aube dorée) défraie la chronique à la suite de son entrée tonitruante au Parlement, ses ratonnades et dernièrement l'arrestation de la moitié de ses députés pour participation à une bande armée et complicité d'assassinat du rappeur d'extrême gauche Pavlos Fyssas, le 18 septembre dernier dans la banlieue d'Athènes.

Depuis l'indépendance du pays en 1832, il existe de forts courants extrémistes: monarchistes, profascistes, collaborationnistes, monarcho-fascistes, juntistes.

Durant la guerre d'indépendance contre le joug ottoman (1821-1832), trois guerres civiles ont eu lieu entre les hommes du général Makrigiannis, représentant des couches populaires, et les généraux proches de la riche diaspora, des grands commerçants et des armateurs. La Grèce n'avait ni aristocratie ni noblesse. Mais les grandes puissances lui ont imposé un roi bavarois puis un Danois, lié par le sang à la famille régnante prussienne. Lors de la Première Guerre mondiale, ce roi est pro allemand. Mais les républicains, conduits par Venizélos, sont pour l'Entente. Ce dernier installe un gouvernement provisoire à Salonique, soutenu par les troupes françaises. Une guerre civile, entre 1916 et l917, va opposer les extrémistes royalistes aux républicains.

LA TENTATION TOTALITAIRE

Face aux grandes grèves ouvrières de Salonique en mai 1936, le général Metaxas, royaliste pro-Mussolini, fait un coup d'Etat en août de la même année et instaure une dictature copiée sur le modèle fasciste. En avril 194I, la Grèce est occupée par les armées germano-italo-bulgares. Trois groupes ouvertement pro-nazis font régner la terreur dans certains quartiers de Salonique et d'Athènes. Par ailleurs, le gouvernement collabo grec organise les «Battaillons de sécurité», l'équivalent de la milice française, essentiellement dans le Péloponnèse et en Attique, avec plusieurs milliers de volontaires.

Les Britanniques débarquent au Pirée en octobre 1944 et vont tout faire pour chasser la résistance de gauche (EAM-EIAS), qui a libéré seule tout le pays, et pour réinstaller le roi et les royalistes. Les Anglais libèrent les anciens miliciens collabos et les incorporent dans l'armée royaliste: c'est le monarcho-fascisme.

Ils vont pourchasser les anciens résistants en leur coupant systématiquement la tête. Cela va entraîner une nouvelle guerre civile entre royalistes et communistes jusqu'en 1949.

Le monarcho-fascisme va régner brutalement sur la Grèce jusqu'en 1962. Mais, lors d'une tentative de démocratisation du centre gauche du vieux Papandréou en 1964-1965, l'armée complote avec l'aide des réseaux américains Gladio et de la CIA. Ce sera la dictature des colonels de 1967 à1974. Les nervis de l'Aube dorée sont les héritiers de tous ces courants.

FO Hebdo - Novembre 2013

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster