La vie et l'oeuvre de Jean Zay

Un héros méconnu

jean-zay-titre.jpg

IL Y A SOIXANTE-DIX ANS, LA MILICE ASSASSINAIT L’ANCIEN MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE DU FRONT POPULAIRE.

jean-zay.jpgJean Zay est né le 6 août 1904 à Orléans, dans une famille de juifs alsaciens qui avaient rejoint la France en 1871. Son père était journaliste et délégué aux prud'hommes. En 1922, le jeune Jean est lauréat du concours général de français et l'année suivante de philosophie.

En 1925, il entre au Parti radical-socialiste.

En 1932, il s'inscrit au barreau d'Orléans et est élu député du Loiret. Il tait partie de l'aile gauche du Part radical-socialiste: avec Pierre Mendès France et Pierre Cot, ils constituent les « Jeunes-Turcs » des radical-soc.

En janvier 1936, Albert Sarraut, président du Conseil (Premier ministre) en fait son sous secrétaire d'Etat à la présidence du Conseil. Lui et ses amis « Jeunes-Turcs » poussent le Parti radical-socialiste à rejoindre le Front populaire. En juin 1936, lorsque Léon Blum forme son cabinet, il n'y a que deux ministres rad-soc, dont Jean Zay, qui devient ministre de l'Education nationale et des Beaux-arts.

UNE ŒUVRE DIGNE DE JULES FERRY

En moins de trois ans de ministère, Jean Zay va réaliser quelques réformes et en initier d'autres qui deviendront effectives en 1945,  car reprises dans le programme du Conseil national de la Résistance (CNR). La scolarité obligatoire passe de 13 à 14 ans, la radiographie dans les écoles, pour lutter contre la tuberculose, se développe, le CNRS est fondé, ainsi que les lycées de jeunes filles et l'Ecole Normale d'Instituteurs. L’éducation physique fait son entrée dans les cours des écoles, le CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) voit le jour.

Tout cela, c'est lui. jean-zay-livre-edition-belin.jpg

Pour contrer la Mostra de Venise, initiée par Mussolini en I932, Jean Zay crée le Festival de Cannes, dont la première édition, prévue en septembre 1939, sera annulée pour cause de guerre. Il va aussi mettre en place une nouvelle Ecole supérieure, qui deviendra I'ENA àprès la Libération.

A la chute du cabinet Blum, fin 1937, l'aile droite des rad-soc le, garde comme ministre de L’Éducation nationale.

En 1940, il s'embarque sur le Massalia avec d'autres députés qui veulent continuer le combat en Afrique du Nord. Vichy les fait arrêter. Pour les pétainistes, Zay est leur revanche sur l'acquittement du capitaine Dreyfus. En effet, l'ancien ministre est juif, franc-maçon et républicain. Le 4 octobre 1940, il est condamné à perpétuité par la justice vichyste.

Le 20 juin 1944,il sera assassiné par des miliciens dans les bois des Malavaux, à Molles, dans l'Allier.

 

FO Hebdo – Juin 2013

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster