LE SYSTEME DE SANTE AMERICAIN

PRÉSIDENT OBAMA A BIEN DU MAL À RÉFORMER LA COUVERTURE DES SOINS AUX ETATS-UNIS. LE RÊVE D’UNE SÉCURITÉ SOCIALE POUR TOUS IRRITE LE MILIEU DES ASSURANCES.

Le premier système de santé américain date des années 1780. Les anciens combattants de la guerre d’Indépendance (1775-1783) ont droit à des soins gratuits, en particulier les blessés au combat. Pour que le système soit élargi aux travailleurs, il faut attendre les grandes mesures prises par le président Roosevelt dans le cadre du «New Deal», après la grande crise de 1929. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont surtout les employeurs qui poussent à la roue. En effet, le gouvernement a gelé les salaires et, pour les grandes entreprises, il s’agit d’attirer les ouvriers les plus qualifiés. Ne pouvant les augmenter, elles leurs offrent de payer leur assurance santé. Une nouvelle étape est franchie avec la loi de 1966 instaurant le Medicaid qui assure une couverture santé aux personnes vivant sous le seuil de pauvreté et le Medicare pour les citoyens de plus de 65 ans. Mais à la fin des années 1970 et au début des années 1980, les problèmes commencent à s’accumuler à cause de la hausse du chômage. En effet, en perdant leurs emplois, les travailleurs perdent aussi leur assurance santé payée par l’employeur. Et en plus, c’est l’époque de l’augmentation rapide du prix des médicaments. Des voix se font entendre pour démocratiser et élargir la sécurité sociale.

 

 

LA REACTION DES RÉPUBLICAINS

Ronald Reagan va étouffer dans l’oeuf toute demande réforme, jugée «socialiste». En 1992, dans les promesses de campagne de Clinton, tout comme celle d’Obama, il y a la réforme du système de santé. Sa femme Hillary, nommée présidente du «Healthcaretaskforce», présente son plan en 1993. Les républicains et la puissante industrie pharmaceutique feront capoter la réforme en 1994. Puis viendra les deux mandats dévastateurs G.W. Bush. En 1987, 32 millions d’Américains n’avaient aucune couverture, 43 millions en 1999 et 46 millions aujourd’hui dont 10 millions d’enfants, soit 20% de la population totale.

 

Le prix des assurances santé, privées bien évidemment, a augmenté de 120% ces dix dernières années. Par ailleurs le coût de la santé représentait 14% du PIB du pays en 1999, 18% dix ans plus tard (contre 10% en France). En effet, non seulement le système américain est le plus inégalitaire, mais en plus il l’un des plus onéreux du monde pour le budget l’Etat. Il faut donc réformer pour plus de justice sociale, mais aussi pour faire des économies budgétaires en temps de crise!

 

Aujourd’hui 25% de la population bénéficient du Medicaid et du Medicare. C’est ce dernier qu’Obama veut étendre à l’ensemble de la population et avec des primes d’assurances à des prix abordables. Mais II a contre lui les lobies républicains les plus réactionnaires, les assureurs privés et les médecins libéraux qui facturent leurs consultations au prix fort. Ces trois composantes résolument contre tout système national de soins.

Force ouvrière hebdomaire - Septembre 2009

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster