Les dégats de la crise de 1929

Les dangers du capitalisme

danger-du-capitalisme.jpg

 

wallstreet1929.jpgLE SYSTÈME CAPITALISTE EST CYCLIQUEMENT EN CRISE ET LA PLUS TERRIBLE FUT CELLE DE 1929, JETANT LES PAYS INDUSTRIELS DANS LA PRÉCARITÉ, LE CHÔMAGE, LA PAUVRETÉ ET LA FAIM. NOMBRE D’ÉCONOMISTES PENSENT QUE LA CRISE ACTUELLE EST AUSSI GRAVE QUE CELLE DE 1929.

La crise de 1929 trouve son origine dans le krach boursier de Wall Street à New York, le fameux « jeudi noir ».

En un an, le taux de croissance des Etats-Unis passe de 5% à 0%, celui de I'Allemagne de 6% à 3%, celui du Royaume-Uni de 3% à 2%. Mais en France, c'est la dégringolade, la croissance passe de +5,8% à -2,I%.

En 1931, le nombre de chômeurs est de 620000, quatre ans plus tard il dépasse le million. Les travailleuses sont les premières touchées. Certes, les chômeurs sont moins nombreux qu'en Allemagne et aux États-Unis et la France ne tombe pas dans le nazisme.

Reste que l'économie française est durement touchée. La production industrielle en 1935 est inférieure de 20% par rapport à 1929:-51% dans le bâtiment, -35% dans les aciéries, -20% dans le textile. La politique déflationniste du gouvernement Laval en 1935 est catastrophique. Avec un franc trop fort, les exportations chutent de 45%.

L’ASCENSEUR SOCIAL EN PANNE

Si entre 1930 et 1935 les revenus fonciers augmentent de l2% et ceux des professions libérales de 7%, les revenus des salariés perdent 6%. Dans l'agriculture, les paysans perdent 32% leur pouvoir d'achat, un secteur qui emploie encore le tiers de la population active. En effet, les cours mondiaux des produits agricoles ont sévèrement chuté. Ils ne se redresseront qu'en 1938. Les betteraviers et les gros céréaliers en profitent pour racheter des terres dont le prix s'est effondré.

La croissance des années 1920 avait profité aux paysans, aux petits commerçants, aux ruraux ayant quitté la campagne pour travailler en ville, aux femmes, émancipées par le travail, aux jeunes des milieux populaires qui connaissent à cette période une vraie ascension sociale, même limitée, et enfin aux immigrés intégrés au marché de l'emploi (Polonais, Italiens, Espagnols). Tous ces secteurs socio-économiques voient leurs efforts et leur relative réussite réduits à zéro par la crise de 1929-1930. Cela entraîne un très vif sentiment d'injustice. Ce sentiment, au-delà même de la classe ouvrière, va porter au pouvoir le Front populaire. Le gouvernement de Léon Blum va tenter de mener une politique globale pour répondre aux transformations du système de production et du marché du travail en organisant une régulation étatique. Une sorte de programme du Conseil national de la Résistance avant l’heure.

Mais les partis autoritaires, antirépublicains et fascisants, comme le Parti populaire français de Jacques Doriot se renforcent dans toutes les couches de la société. Ils prendront leur revanche en juin 1940 avec le gouvernement de Vichy.



FO Hebdo - Avril 2012

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster