Quand les chats secondaient les cheminots britanniques

Un travailleur méconnu

Travailleurs

TravailleursAdoré des pharaons, aimé des Grecs et des Romains de l'Antiquité, détesté par l'Église catholique, ce petit félin qui a domestiqué l'homme, plutôt que l'inverse, a su se rendre indispensable, chez les paysans mais aussi dans nombre d'ateliers.

Au Moyen Âge, le chat était pour les curés une créature du diable. En effet, il n'obéissait pas et vivait à sa guise. Les chats noirs ont été exterminés, mais les autres aussi. Résultat dans les grandes villes portuaires les rats ont pullulé, principaux vecteurs de la peste qui a tué près de 30% des Européens jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

Les cheminots britanniques, eux, étaient moins bêtes. la British Railways a été fondée en 1948 par le gouvernement travailliste, lors de 1a nationalisation des lignes de chemin de fer privées. Près de deux cents petits félins ont alors été officiellement engagés par la BR, installés dans les gares et les dépôts pour faire la peau aux souris, rats et autres rongeurs qui dévoraient les câbles électriques et téléphoniques, entraînant de nombreuses pannes et retards.

Les chefs de gare recevaient un budget spécial pour assurer le gîte, le couvert et les soins vétérinaires à leurs chats. l,es signaux ainsi que le fonctionnement électrique des aiguillages ont ainsi été protégés par les minous, souvent devenus les mascottes des syndicalistes.

 Mais de 1994 à 1997, Londres a privatisé ses chemins de fer, licenciant vingt-cinq mille cheminots dans la foulée. Ceux qui sont restés ont vu leurs congés payés réduits et la centaine de nouvelles sociétés privées ont bien évidemment viré les chats. Donald Walker, ancien aiguilleur à Edimbourg, en Écosse, remercié en même temps que la chatte de la gare, avec qui il est parti, se souvient : «Nos chats n'étaient pas des animaux de compagnie, mais des cheminots qui faisaient leur travail.»

MOINS DE CHATS, PLUS D'ACCIDENTSPaul ramadier

Aujourd'hui il existe encore quelques chats cheminots, qui survivent clandestinement sur les lignes privatisées grâce à quelques cheminots et usagers. Sur les rares lignes re-nationalisées, à cause de l'augmentation des accidents, et celles rachetées par des riverains, les chats sont de retour, comme sur la ligne historique du Yorkshire, avec la chatte Erica et ses petits qui gardent en permanence un oeil sur les voies et le dépôt.

La France aussi a ses amoureux des chats. Paul Ramadier (1888-1961), ministre SFIO du Front populaire, avec sa petite barbichette caractéristique, était aussi appelé «l'ami des chats». Sur nombre de photos on le voit avec son chat tigré dans les bras. Député ayant voté contre les pleins pouvoirs à Pétain en 1940, il fut président du Conseil (Premier ministre) du 22 janvier au 21 octobre 1947. C'est lui qui renvoie les ministres communistes du gouvernement le 5 mai de cette année-là, alors que les prodromes de la guerre froide font leur apparition (doctrine Truman, puis plan Marshall). Proche de la jeune CGT-Force Ouvrière, il fut l'un des premiers à féliciter Léon Jouhaux quand ce dernier reçut le prix Nobel de la paix en 1951.

Christophe Chiclet

FO Hebdo - Février 2014

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster