Centrales à charbon

Centrales à charbon

SNET-EON POURSUIT LE CHANTAGE À L’EMPLOI


FO
appelle tous les salariés de la branche des industries électriques et gazières à une grève d’avertissement le 4 juillet, pour soutenir leurs collègues des centrales à charbon SNET-EON.
 
La direction en France du numéro un allemand de l’énergie EON tente depuis plusieurs mois de mener à marche forcée un projet de réorganisation de sa filiale de centrales à charbon SNET.

Elle prévoit de fermer, d’ici à fin 2015, cinq des sept tranches, trop vétustes selon elle pour respecter la législation européenne sur l’environnement. Ce projet supprimerait 535 postes sur 885, dont 215 d’ici à juin 2014, dans le cadre d’un plan de départs volontaires. Le tribunal de grande instance de Paris, saisi par les élus du personnel, avait invalidé ce plan le 4 juin dernier. Une négociation sur un nouveau protocole d’accord devait avoir lieu du 17 au 21 juin. La direction a imposé d’entrée de jeu un odieux chantage.

GRÈVE LE 4 JUILLET

«C’est une dictature inacceptable, dénonce Jean-Pierre Damm, délégué central FO. Pour relancer le plan de départs volontaires, la direction nous a imposé d’annuler toute action en justice passée ou à venir. Sur les onze articles du projet de protocole, six n’étaient pas négociables. Et si nous n’avions pas signé au 25 juin, elle déclenchait dès le 26 juin un plan de 535 licenciements économiques, pourtant interdits dans notre branche.»

Dès le 20 juin, la direction a quitté arbitrairement la table des négociations. FO est intervenue lors de la conférence sociale auprès des pouvoirs publics et a obtenu la nomination d’un médiateur. De nouvelles négociations étaient prévues les 28 et 29 juin, mais EON brandit toujours la menace de l’ANI en cas de refus.

«Seules trois des sept tranches sont trop vétustes pour être aux normes, estime le délégué central FO. Et les départs pourraient être ajustés car les salariés, anciens des Charbonnages de France, bénéficient de la retraite anticipée. Mais EON estime ne pas gagner assez d’argent pour satisfaire les actionnaires.»
 
FO Hebdo - Juillet 2013
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster