COMMUNIQUÉ UD FO MOSELLE

L’accord Mittal-Ayrault : un marché de dupes inacceptable !

FLORANGE : INFOS UD FO 57

FO Moselle

 

L’accord Mittal-Ayrault : un marché de dupes inacceptable !

"FO Moselle considère que le combat ne peut pas peser sur les seules épaules des salariés de Florange, et va s’adresser aux organisations syndicales départementales CGT et CFDT."

Pour l’Union départementale FO Moselle, la réunion organisée à Matignon mercredi 5 décembre n’aura servi en définitive qu’à confirmer la capitulation du gouvernement devant le Groupe Mittal ; capitulation dont Monsieur Ayrault assume publiquement et volontairement la responsabilité.

L’accord que le gouvernement prétend avoir arraché à Monsieur Mittal est une vaste escroquerie dans la mesure où en réalité les emplois ne sont pas préservés, où les hauts fourneaux prétendument mis sous cocon ne redémarreront pas et sont promis au démantèlement.

L’accord avec le groupe Mittal entérine de fait le dépeçage de l’usine intégrée de Florange et Hayange.

L’Union départementale apporte son soutien au syndicat FO d’ArcelorMital Florange qui a rejeté catégoriquement cet accord. Car chacun sait que, fidèle à ses habitudes, monsieur Mittal ne respectera aucun des engagements ou prétendus tels, comme le démontre d’ores et déjà le retrait par Mittal du projet Ulcos pour "difficultés techniques" ; retrait que connaissait sans aucun doute le gouvernement.

Après le renoncement du gouvernement sur les engagements du candidat-président Hollande et sur l’annonce d’une nationalisation, même temporaire, du site, et une nouvelle provocation de Mittal, l’Union départementale FO Moselle ne peut que confirmer la teneur de son communiqué du " 3 décembre 2012 : "Les engagements de François Hollande pour Florange ne valent ni plus ni moins que ceux de Nicolas Sarkozy pour Gandrange, et tout autant que ceux de Monsieur Mittal !".

Dans ce contexte l’Union départementale FO Moselle, qui ne croit pas plus à un projet Ulcos 2, qu’elle ne croyait au sauvetage de la sidérurgie lorraine par le projet Ulcos 1, appuie la position du syndicat FO de Florange qui a annoncé au Premier ministre qu’il ne participerait pas à la commission dirigée par Monsieur Marzorati dans la mesure où il ne s’agit que d’accompagner le suivi d’un accord de liquidation des installations et de l’emploi.

L’Union départementale FO considère de plus que le Groupe Mittal s’est mis hors jeu dans la perspective du redémarrage des hauts fourneaux, du maintien de toutes les installations et de tous les emplois (directs et indirects) du site de Florange et Hayange. C’est pourquoi FO estime que le gouvernement et le Président de la République possèdent toujours la clé et la solution.

Ainsi le gouvernement ne peut pas décemment se cacher derrière son accord avec Mittal, et a, à l’inverse, la responsabilité de reprendre la main pour une véritable intervention publique. FO Moselle reste convaincue que cette solution passe notamment par la nationalisation et la réquisition pour permettre la reprise effective et complète de l’activité et le maintien réel de tous les emplois.

FO Moselle apporte par ailleurs son soutien aux travailleurs de Florange et de tous les sites en France, notamment Basse-Indre, qui combattent pour défendre leur outil de travail, leurs activités et leurs emplois.

Dans ce contexte, l’Union départementale considère que ce combat ne peut pas peser sur les seules épaules des salariés de Florange.

C’est pourquoi elle va s’adresser très rapidement aux organisations syndicales départementales pour examiner la possibilité d’un appel commun à la mobilisation face à un gouvernement acquis à la cause du patronat et des marchés financiers, et pour l’exigence d’une prise en main par l’État des infrastructures et de tout le site pour permettre le redémarrage immédiat des hauts fourneaux.

Metz, le 7 décembre 2012

fo-moselle.gif



 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster