Délais d’attente au permis de conduire

Communiqué du SNICA-FO

Délais d’attente au permis de conduire
Entre manipulation des statistiques et rêve de business

Permis de conduireC’est bien connu, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut : ainsi, depuis quelques mois, les données publiées par l’Administration servent les ambitions d’un ensemble d’organisations patronales d’auto-écoles.

Les observations de terrain et l’analyse du SNICA-FO, syndicat majoritaire (72%) des inspecteurs et délégués du permis de conduire et de la sécurité routière, ne corroborent pas les propos alarmistes et caricaturaux de « l’Union des professionnels » sur les délais d’attente à l’examen du permis de conduire.

Pourquoi un tel écart entre l’interprétation des statistiques et la réalité du terrain ?

- Parce que 60% des candidats au permis B (auto) réussissent leur examen au premier passage et ne connaissent donc pas de problèmes de délais d’attente.
- Parce que, parmi les 40% restant, une forte proportion repasse l’examen dans des délais raisonnables.
- Parce que la notion de « délai moyen » est une vue de l’esprit et n’explique pas pourquoi, dans une même ville, voire dans une même rue, une auto-école affiche 15 jours d’attente quand celle d’en face en annonce dix fois plus !

A qui servent ces propos tendancieux sur l’examen du permis de conduire ?

- A une « union des professionnels » qui souhaite disposer à loisir de places d’examen fort lucratives.
- A certains services de l’Etat qui ont bien intégré que la stratégie classique pour se débarrasser de missions, c’est d’ancrer l’idée dans l’opinion publique qu’elles dysfonctionnent !

Pourquoi le SNICA-FO défend-t-il le service public du permis de conduire et sa gratuité ?

- Parce que la jeunesse, priorité gouvernementale, n’a pas à supporter un coût supplémentaire pour passer le permis de conduire.
- Parce que le permis de conduire n’est pas une marchandise : le permis c’est l’emploi, c’est la mobilité, et l’Etat n’a pas à répondre aux rêves mercantiles de dirigeants d’organisations patronales d’auto-écoles, mais seulement aux besoins d’usagers, afin qu’ils soient convenablement formés et donc prêts à obtenir l’examen.

Parce que la finalité de l’apprentissage n’est pas de passer indéfiniment l’examen mais bien d’obtenir son permis de conduire le plus rapidement possible et sans frais supplémentaires, le SNICA-FO combattra tout projet mettant en péril l’avenir du service public du permis de conduire !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster