Et si l’ouverture des commerces le dimanche faisait monter les prix ?

Commerce

Lundi 2 mars 2015

Et si l’ouverture des commerces le dimanche faisait monter les prix ?

Ouverture le dimanche

L’extension de l’ouverture des magasins le dimanche pourrait induire une hausse des prix et générer des problématiques de concurrence. © Pascal SITTLER / REA

Selon des économistes, l’extension de l’ouverture des magasins pourrait déboucher sur une hausse des étiquettes.

Les promotions du dimanche pourraient bientôt disparaître.

Des économistes estiment qu’une hausse des prix est à craindre avec l’extension des ouvertures dominicales, selon un article du Parisien paru le 22 février. Un scénario défendu notamment par des économistes comme Philippe Askenazy (CNRS) ou Éric Heyer (OFCE).

Ce dernier, lors d’une conférence à la Bourse du travail à Paris en février 2014, indiquait que « le citoyen qui fait ses courses en semaine verra les prix augmenter ». Il avançait alors une proposition de l’OFCE de faire deux étiquettes de prix distinctes, avec une majoration du prix pour les consommateurs achetant des produits le dimanche.

Majorer les prix seulement le dimanche ?

Christophe Lecomte, secrétaire fédéral à FO Commerce, accrédite le mécanisme économique d’une hausse des prix : avec une ouverture supplémentaire le septième jour de la semaine, les coûts de fonctionnement des entreprises enflent (électricité, salaires…), leur marge baisse et elles augmentent automatiquement leurs prix. « Un autre effet induit des ouvertures dominicales, c’est la destruction non seulement des petits commerces de proximité mais aussi des enseignes concurrentes moins compétitives, comme on l’a constaté dans l’ameublement, souligne le syndicaliste. Les grandes chaînes, débarrassées de la concurrence, sont plus libres de fixer des prix plus élevés. »

Un pavé dans la mare du gouvernement, alors que la loi Macron qu’il vient d’imposer prévoit une extension du travail dominical, tous les dimanches dans certaines zones touristiques et commerciales (ZT, ZC, ZTI) et jusqu’à douze dimanches par an, à la discrétion des maires, dans toutes les communes.

Par Françoise Lambert

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster