LA LONGUE MARCHE LÉGISLATIVE DE L’ACCORD SUR L’EMPLOI

Parlement

LA LONGUE MARCHE LÉGISLATIVE DE L’ACCORD SUR L’EMPLOI


La fin de la négociation interprofessionnelle sur l’emploi a entraîné pléthore de commentaires, dont bon nombre saluaient l’issue positive du processus plus que le contenu de l’accord. L’effervescence sur la forme étant retombée reste le fond, qui ne fait pas l’unanimité. Dans une tribune parue dans Le Monde daté du 17 janvier, Éric Heyer, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), note que les nouveaux droits accordés aux salariés «sont très largement insuffisants pour pouvoir évoquer un renforcement significatif du parcours professionnel du salarié», tandis que les avancées patronales sont «plus conséquentes». Ce constat d’un avantage net en faveur des patrons est partagé par Antoine Lyon-Caen, universitaire renommé qui s’inquiète de la promotion de la négociation d’entreprise «plus sensible à l’esprit de sacrifice», notamment en cas de difficultés économiques et de remises en cause de la durée du travail et des salaires. Idem pour Christian Chavagneux, d’Alternatives Économiques, qui, sur France Inter le 19 décembre, s’inquiétait des possibilités accrues de flexibilité dont vont bénéficier les employeurs.

VOIX DISSONANTES

Et la décision de Renault de supprimer 7.500 emplois est venue compléter le tableau, les mauvaises langues sous-entendant que cette annonce avait été discrètement différée à la fin de la négociation sur l’emploi...

À l’évidence, l’accord n’a pas fini de faire parler de lui et la future discussion parlementaire s’annonce animée. Le gouvernement a certes annoncé que le projet de loi serait adopté selon la procédure d’urgence (une seule lecture par chaque assemblée), mais cela ne prive pas le Parlement de son pouvoir de faire la loi. Et lors d’une conférence de presse le 16 janvier dernier, Jean-Claude Mailly a indiqué que FO allait faire connaître son analyse et ses positions à tous les groupes parlementaires.
 
FO Hebdo - Janvier 2013

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster