LES AGENTS DES CAF SE REBIFFENT

Engorgement

LES AGENTS DES CAF SE REBIFFENT

 

Effectifs insuffisants entraînant la fermeture récurrente de guichets, retard parfois considérable dans le traitement des dossiers des allocataires, dégradation des conditions de travail des agents et des conditions d’accueil des assurés sociaux: nulle surprise à ce que les salariés des caisses d’allocations familiales (CAF) se soient fortement mobilisés lors de la journée nationale de grève et de manifestations des employés et cadres de la Sécurité sociale le 7 février. Ils avaient d’ailleurs déjà fait grève le 22 novembre. Un mouvement largement suivi, voire massivement dans certaines régions, comme en Aquitaine ou en Midi-Pyrénées.

MILLE POSTES SUPPRIMÉS EN TROIS ANS

Environ mille postes ont été supprimés en trois ans dans les CAF, alors qu’elles se sont vu dans le même temps octroyer de nouvelles missions, comme la gestion du Revenu de solidarité active (RSA) ou de l’accès à la Couverture ma-ladie universelle complémentaire (CMUC). La crise économique, l’augmentation de la pauvreté et de la précarité ont contribué à dégrader encore la situation. Le 1er février, la CAF de l’Hérault a annoncé qu’elle fermerait ses portes pendant onze jours, entre le 11 et le 25 février, «en raison d’une importante charge de travail», et afin de «garantir le paiement de toutes les prestations le 5 mars prochain». En octobre et novembre derniers, c’est la CAF du Nord qui avait été obligée de travailler à guichets fermés afin de commencer à apurer quelque 215 000 dossiers en retard.

Alors qu’une convention d’objectifs et de gestion (COG), fixant notamment les orientations budgétaires pour les années 2013-2016, doit être très prochainement passée entre l’État et la Caisse nationale d’allocations familiales, les syndicats demandent au gouvernement des moyens pour les CAF, qui sont «au bord de l’explosion».

Le 12 décembre dernier, lors l’un conseil d’administration de la Caisse nationale d’allocations familiales, les représentants FO avaient également alerté sur la surcharge de travail qui existe dans les caisses et les dysfonctionnements qui aggravent le service rendu aux allocataires.
 
FO Hebdo - Février 2013
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster