LES OUVRIERS SURREPRÉSENTÉS PARMI LES MALADES

Maladies professionnelles

LES OUVRIERS SURREPRÉSENTÉS PARMI LES MALADES

Les ouvriers, qui ne constituent en France que 29% de l’ensemble des salariés, représentent environ 70% des travailleurs exposés aux substances cancérigènes! Et les jeunes sont particulièrement concernés. Seize pour cent des moins de 25 ans sont exposés, contre 7% des plus de 50 ans. Chez les apprentis et stagiaires, le pourcentage d’exposition grimpe même à 24%! Les entreprises les envoient plus volontiers passer le balai ou dégraisser des pièces, deux activités à haut risque. Apprentis et stagiaires sont d’ailleurs les seuls à n’être pas concernés par la baisse des taux d’exposition aux cancérigènes constatée entre 2003 et 2010. Période pendant laquelle l’exposition générale des salariés a diminué de trois points, notamment grâce à la mise en place de systèmes de protection (ventilation des ateliers et/ou équipements individuels de protection respiratoire, cutanée ou oculaire) ou via la substitution de molécules dangereuses par d’autres produits. Davantage exposés à des pénibilités et des produits dangereux, les jeunes devront en plus cotiser plus longtemps que leurs aînés pour espérer avoir un jour une retraite. «Cette forte exposition des plus jeunes est un élément majeur, à prendre en compte afin d’améliorer la prévention dès le début de la carrière du salarié et de préserver sa santé tout au long de son activité professionnelle», soulignent les auteurs de l’enquête1, publiée en septembre 2013, qui a mis cette réalité en évidence.

Qui dit surexposition, dit surmortalité

«Dans le Nord-Pas-de-Calais, la mortalité par cancer des hommes âgés de 25 à 54 ans est plus élevée que dans les autres régions de France, mais dans des proportions très différentes», note Marie-Anne Mengeot dans son ouvrage Les cancers professionnels, une plaie sociale trop souvent ignorée2. Par rapport aux autres régions, la mortalité par cancer est supérieure de 9% pour les ca-dres supérieurs, de 30% pour les professions intermédiaires/artisans/commerçants, et de 60% pour les ouvriers/employés. Et cette relation entre espérance de vie, cancer et statut social n’est pas propre au Nord-Pas-de-Calais. «Dans tous les pays européens, les travailleurs manuels ont [entre 45 et 59 ans] un taux de mort prématurée supérieur aux non-manuels, dans un rapport qui va parfois du simple au double.» Et si les disparités de consommation de tabac entre groupes sociaux existent, elles sont sans commune mesure avec les inégalités de cancers. «Chez les hommes, l’écart concernant la proportion de fumeurs est de l’ordre de 20% entre cadres et ouvriers. Mais l’excès de mortalité précoce par cancer chez les ouvriers par rapport aux cadres est de l’ordre de 200%.»

1. Enquête «Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels» (Sumer), publiée par la Dares: Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.
2. Publié par l’Institut syndical européen (Etui).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster