LES REVENDICATIONS AVANT LE 15 JUIN

 

Le 15 juin, les militants et sympathisants de Force Ouvière défileront à Paris pour dire non à un recul social sans précédent, pour dire « 40 ans de cotisation, ça suffit!

"N'en déplaise à la présidente du MEDEF, Laurence Parisot, qui a estimé, le 1er juin, que l'âge de départ légal à la retraite de 60 ans n'est pas «un acquis social mais une grande illusion" Des propos tenus quelques jours après que le ministre du Travail eut annoncé, le 25 mal, son intention de mettre fin à la retraite à 60 ans.

Comme]ean-Claude Mailly l'a rappelé lors d'un meeting à la Bourse du travail à Paris le 31 mai, « le gouvernement veut donner des gages aux marchés financiers sur la réduction des dépenses publiques et sociales», .Il veut faire reculer les droits des salariés, il veut nous faire bosser jusqu'à la mort» , a-il dénoncé, citant notamment la volonté des pouvoirs publics de repousser l'âge de la retraite à taux plein après 65 ans. Le ministre du travail, Éric Woerth, a en effet confirmé que le recul de l'âge légal de départ au-delà de 60 ans aura pour coroI1aire celui du taux plein Alors qu'aujourd'hui tout salarié atteignant l'âge de 65 ans bénéficie d'une retraite complète, sans décote, quelle que soit sa durée d'assurance, la remise en cause de cette borne d'âge viendra pénaliser les salariés qui ont eu des carrières incomplètes (souvent des femmes) , et qui seront obligés de travailler jusqu'à 67 ou 68 ans, voire plus tard encore Les limites d'âge d'activité des fonctionnaires seraient aussi concernées.

GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE ET MANIFESTATION NATIONALE



«Pour le gouvernement, l'équilibre financier doit être trouvé en remettant en cause les droits sociaux. Pour nous, les droits sociaux doivent être protégés en prenant les décisions de financement nécessaires» , a indiqué Jean-Claude Mailly: D'où la nécessité de mettre en place un rapport de force pour contraindre le gouvernement à renoncer à ses projets. C'est pourquoi, après avoir constaté l'inefficacité des manifestations à répétition, FO a pris ses responsabilités en appelant à une journée de grève interprofessionnelle et à une manifestation nationale à Paris, le 15 juin.

«Ce n'est pas de l'idéologie, mais du pragmatisme», a commenté Jean- Claude Mailly. «L’action commune des syndicats, c'est efficace, nous la demandons, nous la proposons, mais cela suppose que l'on soit bien d'accord sur les revendications et les modalités d'action.» Des conditions qui ne sont pas aujourd'hui réunies. La mobilisation est d'autant plus nécessaire que le gouvernement semble céder aux sirènes du patronat. Alors que le MEDEF plaide pour une augmentation de l'âge légal du départ à la retraite d'un semestre par an et que le gouvernement évoquait un trimestre par an, le Premier ministre, François Filon, a déclaré, le 3 juin, que «la question du rythme est en débat». Sur le sujet sensible de la pénibilité aussi, les thèses patronales sont à l'honneur.

«Nous réfléchissons à une logique d'individualisation», a expliqué le ministre du Travail, le 30 mai, dans Le Journal du Dimanche. Les syndicats plaident au contraire pour une approche collective, avec la reconnaissance de métiers et de branches «pénibles».

Tandis que le MEDEF souhaite développer la retraite par capitalisation, le secrétaire d'État au Commerce, Hervé Novelli, et le chef de file de la majorité présidentielle au Sénat estiment, dans une tribune au quotidien Le Monde, qu' «il est essentiel que [la] réforme des régimes par répartition s'accompagne d'un développement de l'épargne-retraitè en France».

La bataille des retraites ne fait que commencer.

Prochaine étape:

la mobilisation du 15 juin, avant la divulgation par le gouvernement de son avant-projet de loi.

 

 

FO Hebdomadaire - juin 2010  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster