Radio France : regain de tension autour d’un plan de 350 départs volontaires

Jeudi 23 juillet 2015

Radio France : regain de tension autour d’un plan de 350 départs volontaires

Radio france 1

« GD-FR-Paris-Maison de la Radio ». Licensed under CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons.

Trois mois après la longue grève du printemps dernier à Radio France, direction et syndicats de Radio France, dont le SNFORT (FO), se sont de nouveau affrontés le 21 juillet sur la question d’un plan de 350 départs volontaires. Devant la détermination des syndicats, le PDG de la radio publique Mathieu Gallet a finalement annoncé qu’il étudierait les propositions alternatives des syndicats.

Le 21 juillet, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire, Le PDG de Radio France Mathieu Gallet a présenté quelques grandes lignes du contrat stratégique 2015-2019 qui doit être signé entre la radio publique et l’Etat. Rappelant la demande de l’Etat d’un retour à l’équilibre budgétaire d’ici à 2017, Mathieu Gallet a confirmé, dans la foulée d’une interview accordée au Monde la semaine dernière, sa proposition de mettre en place un plan de départs volontaires de 350 salariés sur les 4 000 que compte le groupe. Le scénario, qui avait déjà mis le feu aux poudres en avril, a suscité une vive opposition de la part des syndicats. « Les élu(e)s du CCE n’accepteront pas que le niveau d’emploi nécessaire au fonctionnement de Radio France et à l’accomplissement de ses missions soit sacrifié sur l’autel d’une vision comptable étriquée et néfaste », ont-ils écrit dans une déclaration commune.

Les syndicats proposent une solution alternative. Ils demandent aux administrateurs de Radio France, dont les ministères de tutelle, « d’étudier l’hypothèse d’un retour à l’équilibre en 2018 sans plan de départs ». Les organisations syndicales, qui s’appuient sur les conclusions d’un cabinet d’expertise, privilégient ainsi le non remplacement d’une partie des départs à la retraite, qui permettrait un retour à l’équilibre en 2018.

Le conseil d’administration de Radio France, qui doit se réunir aujourd’hui, devrait étudier ces propositions. Il se penchera aussi sur les conclusions du rapport du médiateur nommé pendant la grève, Jean-Dominique Chertier.

Par Françoise Lambert

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster