Retraites complémentaires : pas d’accord dans l’immédiat

Lundi 29 juin 2015

Retraites complémentaires : pas d’accord dans l’immédiat

Retraites 1Devant l’impossibilité de concilier leurs positions le 22 juin, patronat et syndicats ont reporté à l’automne la suite des négociations.

La cinquième réunion sur les retraites complémentaires, le 22 juin, devait initialement être conclusive.

Patronat et syndicats ont surtout fait le constat de leurs divergences. Parmi les éléments de blocage : le refus persistant du patronat d’ augmenter les cotisations pour améliorer les recettes des régimes Arrco (tous les salariés) et Agirc (cadres), mais aussi des abattements temporaires et dégressifs sur les pensions complémentaires jugés trop élevés, même si le patronat a légèrement baissé ses exigences.

FO fait de la hausse des cotisations un préalable

Le Medef propose désormais un abattement de 30 % à 62 ans (au lieu de 40 %), de 20 % à 63 ans et de 10 % à 64 ans. « Les abattements vont empêcher les salariés de prendre leur retraite avant 65 ans, explique Philippe Pihet, le négociateur FO. Nous refusons aussi ce qui s’apparente à un signe aux politiques pour leur dire de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. » Autre point de crispation : le refus du Medef d’augmenter les cotisations, notamment en raison « du poids des charges pesant sur les actifs et sur les entreprises ». « Ce que le patronat oublie, c’est que les aides publiques aux entreprises vont passer de 110 milliards d’euros en 2013 à 13 milliards en 2017, rappelle Philippe Pihet. Les entreprises aussi doivent participer à l’effort sur les retraites complémentaires. »

Patronat et syndicats se retrouveront le 16 octobre, après des rencontres bilatérales pendant l’été. Ils ont en théorie jusqu’au 31 décembre pour trouver un accord, mais la négociation pourrait déborder d’un mois ou deux sur l’année 2016. Ce délai pourrait ne pas être de trop pour rapprocher des positions fort éloignées.

Par Françoise Lambert

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster