SANOFI: FO DÉNONCE L’ATTAQUE SUR LES SALAIRES ET L’EMPLOI

Industrie pharmaceutique

SANOFI:

FO DÉNONCE L’ATTAQUE SUR LES SALAIRES ET L’EMPLOI

 


Une augmentation salariale collective de... 0%. C’est ce qu’a osé proposer la direction de Sanofi dans le cadre des NAO, provoquant la colère des syndicats.
 
Car le dernier bénéfice net du groupe pharmaceutique s’élevait à 6,2 milliards d’euros, ce qui autorise les salariés à revendiquer plus que les augmentations individuelles –2% en moyenne, ancienneté comprise– prévues pour 2014.

Pour dénoncer la politique des salaires et de l’emploi de Sanofi, trois syndicats dont FO ont appelé les salariés à la grève le 14 janvier. Une forte mobilisation a été suivie sur vingt-cinq sites, dont quatre étaient complètement bloqués. Sur certains sites, le mouvement s’est poursuivi durant plusieurs jours.

6,2 milliards de bénéfices en 2012

En matière d’emploi, avec les plans sociaux en cours, 6 500 emplois auront été supprimés entre 2008 et 2014. FO dénonce aussi la hausse de la précarité, qui touche jusqu’à 30% des effectifs sur certains sites industriels. Mais la direction refuse de recevoir les syndicats et de rouvrir les négociations.

Fait du hasard, ce même 14 janvier la CFDT et la CFTC, majoritaires, ont donné leur accord aux mesures d’accompagnement d’un plan de restructuration de la branche recherche et développement. Il prévoit la suppression nette de 186 postes dans le groupe d’ici à 2015 et 450 transferts. Les sites de Toulouse et Montpellier seront particulièrement touchés.

«L’argent existe pour les salaires et l’emploi, mais les actionnaires et les patrons se gavent sur le dos des salariés, dénonce Philippe Guérin-Petrement, coordonnateur FO chez Sanofi. En 2012, la rémunération globale du comité exécutif atteignait 14,9 millions d’euros, en hausse de 21% par rapport à 2010, et presque la moitié des bénéfices sont reversés aux actionnaires. Le pire c’est que le groupe touche des millions d’euros dans le cadre du crédit impôt recherche pour mettre des gens à la porte.»

C.J.
 
FO Hebdo - Janvier 2014

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster