SERVICE PUBLIC - LE SERVICE PUBLIC, C’EST LE BIEN DE CEUX QUI N’ONT RIEN!

XIIe Congrès de la CES - Athènes

 

«LE SERVICE PUBLIC, C’EST LE BIEN DE CEUX QUI N’ONT RIEN»

Intervention de Pascal Pavageau – CGT-Force Ouvrière

Cher(e)s camarades,

Les services publics constituent un bien commun à tous les travailleurs et citoyens d’un Etat. Le service public, c’est le bien de ceux qui n’ont rien.

Or, en France, comme ailleurs en Europe, les services publics sont attaqués et leur suppression est un élément majeur du plan d’austérité imposé.

Après ce « pacte des loups de la finance », le gouvernement français veut « constitutionnaliser la rigueur » et limiter ainsi de façon permanente l’intervention publique.

Cette attaque contre les services publics et les agents publics est antérieure à la crise. Elle est engagée depuis plusieurs années et a pris une ampleur dramatique depuis 2007.

Quel paradoxe que d’entendre le gouvernement présenter les services publics comme des « matelas », des « boucliers » contre les effets de la crise et de le voir s’astreindre à accélérer leur anéantissement !

Un proverbe grec antique dit « Les enfants des hommes sages cuisinent avant d’avoir faim ». Il n’est visiblement pas connu des chefs d’Etats et de gouvernements des pays européens ni des instances de l’Europe elle-même : En France, 500000 emplois publics seront détruits entre 2007 et 2013, dans les administrations et services de l’Etat et des Collectivités, comme dans les Hôpitaux. Le salaire des fonctionnaires est gelé en 2011 et en 2012.

Il ne s’agit même pas d’une mesure d’économie budgétaire efficace. Environ 8 Mds d’Euros au total « d’économisés » mais pour quels coûts ? à quel prix ?!

Non, cher(e)s camarades, il s’agit en fait d’une mesure idéologique sous le diktat du marché : détruire structurellement, réduire les moyens des services publics pour les rendre inopérants et ainsi tenter de justifier de privatiser les missions publiques. Dégrader l’offre publique pour que la demande liée aux besoins publics bien réels s’adapte en quelque sorte.

Portant, les grecs ont un proverbe antique bien connu : « N’ajoutez pas à vos maux un remède pire que le mal ».

Au niveau de la CES, nous devons être plus incisifs pour défendre le service public et les agents publics.

- Défendre le service public, c’est défendre l’emploi, dans tous les secteurs, du privé comme du public.
- Défendre le service public, c’est défendre la recherche, le développement, l’innovation au service de toutes les activités et de tous les emplois.
- Défendre le service public, c’est défendre le partenariat, la coopération entre les Etats ainsi que le développement économique, les implantations industrielles, les grands projets.
- Défendre le service public, c’est combattre clairement la marchandisation de la santé, de l’éducation, de l’accès aux biens essentiels, à la culture, etc
- Défendre le service public, c’est lutter contre les inégalités et défendre puis mettre en œuvre des politiques publiques ambitieuses pour l’emploi, pour les salaires, pour la répartition des richesses.

Cher(e)s camarades, il nous faut nous battre fortement pour un service public solidaire et contre des services payés directement par les « usagers-clients ». Il nous faut refuser de passer de l’égalité de droit et de traitement pour chaque citoyen à une inégalité généralisée, fonction des ressources et du compte en banque (ou en actions) du « client ».

Avec les salaires, l’emploi et la protection sociale, le service public doit être la priorité de ce congrès.

Comme les philosophes de la Grèce antique l’exprimaient : « Si tu as de la chance, traverse ; si tu as de la destinée, avance ». Je me permets d’ajouter « Si tu revendiques et agis, gagne ! »

Je vous remercie.

Intervention de Pascal Pavageau – CGT-Force Ouvrière au XIIe Congrès de la CES - Athènes



La Web TV en français

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster