Système U : FO dénonce un nouveau contrat social à marche forcée

Mardi 27 septembre 2016

Système U 

FO dénonce un nouveau contrat social à marche forcée

Hyper u

La négociation d’un contrat social national, se substituant aux accords régionaux, vient de démarrer chez U Log, la nouvelle entité logistique du groupe de grande distribution Système U. FO dénonce la pression exercée par la direction pour que l’accord soit bouclé avant la fin de l’année.

La première réunion de négociation d’un contrat social chez U Log, la nouvelle entité logistique du groupe de grande distribution Système U, s’est tenue le 13 septembre. Le 31 mars dernier, les associés de l’enseigne avaient voté l’unification à l’échelle nationale des quatre directions régionales logistiques de l’enseigne. Les statuts sociaux des 4 100 salariés doivent maintenant être homogénéisés.

« Il existe d’énormes écarts d’une région à l’autre sur l’organisation du travail, les grilles de salaires, ou les avantages liés au travail de nuit ou du week-end », explique Xavier Suzanne, délégué central national FO chez U Log.

Menace d’un accord unilatéral de la direction

Tous ces accords sociaux locaux ont été dénoncés le 1er avril 2016. La direction s’est engagée à plusieurs reprises à ne pas licencier, à maintenir la rémunération globale des salariés et à ne pas faire de mobilité forcée.

Les négociations devaient initialement durer 15 mois, jusqu’au 1er juillet 2017. « Mais la direction souhaite désormais qu’un accord soit conclu avant le 31 décembre 2016, sinon, elle menace les syndicats d’appliquer un accord unilatéral de substitution », dénonce Joël Yquel, délégué syndical FO U Log Ouest.

Délais trop courts

Le syndicat FO, représentatif à hauteur de 26 %, craint un « plan B » basé sur un « moins-disant social ».

Dans un tract, la délégation FO énumère ses craintes : recul du salaire de base brut, modulation du temps de travail entre 28 et 44 heures par semaine, généralisation de la rémunération liée à la performance, réduction de la rémunération des heures de nuit, généralisation du travail le samedi, hausse de la part salariale de la protection sociale selon les régions...

« Si on ne prend pas ce que la direction nous propose, elle va nous appliquer la loi Travail, dénonce Yann Couroussé, négociateur U Log pour la Fédération de l’alimentation FGTA-FO. Nous mettre un ultimatum et une épée de Damoclès pour raccourcir les délais de discussion, c’est insupportable. A moins de tout niveler par le haut, il y a trop d’inégalités pour boucler ça en trois mois. »

Par Clarisse Josselin

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster