TROIS ANS APRÈS, PROCESSUS INACHEVÉ EN TUNISIE

Révolution

TROIS ANS APRÈS, PROCESSUS INACHEVÉ EN TUNISIE

Les travaux de l’Assemblée nationale constituante (ANC) se poursuivent sur fond de protestations sociales toujours très fortes.


«Notre lutte n’a pas été guidée par la soif du pouvoir ni par des calculs partisans, mais s’inscrivait dans notre volonté de nous affranchir du joug de la colonisation et en faveur de la liberté, la démocratie et la justice, avant et après la révolution.

Nous ne nous sommes jamais dérobés à nos responsabilités et nous l’avons encore illustré à travers l’initiative du dialogue national.» Houcine Abassi, Secrétaire général de l’UGTT (Union générale tunisienne du travail), a prononcé ces mots devant des milliers de travailleurs tunisiens rassemblés devant le siège de l’organisation syndicale, le 14 janvier, jour du troisième anniversaire de la chute du président tunisien Ben Ali, chassé du pouvoir par la révolution.

Depuis le début des événements l’UGTT occupe une place majeure, qui l’a conduite à endosser le rôle de principal médiateur dans une crise politique aiguë. La tâche est ardue. Les tensions avaient culminé le 25 juillet dernier avec l’assassinat du député Mohamed Brahmi et, en réaction, une grève générale particulièrement massive à l’appel de l’UGTT. La crise a débouché, le 9 janvier, sur la démission du Premier ministre islamiste Ali Larayedh, qui, alors que les manifestations contre l’injustice fiscale se multipliaient dans tout le pays, a dû annoncer dans son discours de départ que le gouvernement renonçait à introduire les nouveaux impôts votés un mois plus tôt.

L’UGTT REFUSE LE BUDGET 2014

La veille, le bureau exécutif de l’UGTT avait confirmé son refus du budget 2014, dénonçant la «précipitation» ayant caractérisé son élaboration et des «mesures impopulaires». Dans son communiqué, l’UGTT faisait état de «l’escalade de la vague des protestations populaires contre les mesures fiscales ayant conduit à barrer les routes et à empêcher les services des recettes des finances de recouvrir l’impôt». Pour l’UGTT, le budget doit être révisé et faire l’objet d’une concertation avec les interlocuteurs sociaux, «selon une conception globale du modèle de développement et du programme économique et social marquant la rupture avec ce qui a été en vigueur depuis des décennies».

Alors que les grèves se sont à nouveau multipliées depuis l’automne, l’Assemblée nationale constituante (ANC) n’a toujours pas réussi à finaliser la nouvelle Constitution, contrairement à l’engagement pris par les partis politiques d’y parvenir avant le 14 janvier. Élue en octobre 2011, l’ANC s’était donné un an pour terminer ses travaux... Si toute mention à la charia a été évacuée et le principe de parité hommes-femmes finalement introduit, les débats achoppaient toujours, le 16 janvier, sur la composition et le rôle du Conseil supérieur de la magistrature, question particulièrement sensible après plus de cinquante années de dictature... Les députés devront ensuite examiner les chapitres consacrés aux instances chargées des droits de l’homme ou de la lutte contre la corruption, ainsi que les dispositions transitoires sur les compétences de l’ANC jusqu’aux prochaines élections, prévues dans le courant de l’année.

Evelyne Salamero
 
FO Hebdo - Janvier 2014

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster